S'abonner: Articles | Commentaires | E-mail

La presse papier veut faire payer Internet

Dans un article intéressant, le Monde nous apprend que les patrons de la presse papier française « vont proposer aux candidats à l’élection présidentielle d’instaurer une taxe sur les fournisseurs d’accès Internet (FAI) et sur les ventes de tablettes et de smartphones afin de financer la presse. »

Bien sûr, pour toucher le pactole, « seule serait concernée la presse politique et d’information générale, au nom de sa contribution à la démocratie.« 

[Total : 1    Moyenne : 5/5]
La presse papier veut faire payer InternetEcris parChris HédéMoyenne des votes5/5 - 1evaluations visiteur
Partager cet article :
Partager cet article sur linkedin Partager cet article sur google bookmarks Partager cet article sur on facebook Partager cet article sur Twitter Share La presse papier veut faire payer Internet on Google+
  1. il faudrait arrêter de sucer les portefeuilles ,pour essayer au travers d’investigations d’intérêts financières se remplir les poches
    si les FAI sont taxés, c’est encore le pauvre con qui va supporter par le biais de sa facture ou sont abonnement internet

    ARRÊTEZ IL Y’EN A MARRE DE SE FAIRE POMPER

  2. Il faudrait déjà que la presse soit réellement indépendante pour que cela ait un sens, et non comme c’est le cas de plus en plus, un énieme journal ou magazine d’un énorme groupe média comme celui d’Arnaud Lagardère.

  3. S’il ne faut pas s’étonner que les patrons de presse essayent d’influencer les politiques la veille des élections présidentielles ET législatives, il y a quand de quoi être surpris de la conclusion de l’article qui partage déjà les bénéfices de cette nouvelle gabelle! Et qui retrouve-t-on derrière cette machination : la production musicale qui a déjà réussi à faire votre une « redevance sur les supports numériques » qui peuvent servir au stockage de musique pirate (vérifiez). On retrouve la même logique de présomption de culpabilité. Et puis, il est plus simple et plus lucratif de faire chanter la classe politique que facturer 1.50 euros à chaque visiteur.

  4. La presse papier n’a pas su s’adapter aux outils actuels: dommage pour eux! Il fallait anticiper. Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux.